ÉnerGuide : Choisir son foyer avec «efficacité»

ÉnerGuide : Choisir son foyer avec «efficacité»

Au Canada, tous les appareils aux gaz sur le marché doivent être soumis à un test d’efficacité énergétique. Ce dernier a été établi par la CSA (Association canadienne de normalisation). Il est plus communément appelé le test P.4. Celui-ci est établi depuis 2003 et permet aux consommateurs canadiens de comparer plus facilement les différents modèles de foyers au gaz. Vous le reconnaîtrez grâce à l’étiquette ÉnerGuide.

Comment comprendre les résultats du ÉnerGuide (P.4)?

Le test CSA P.4 vous indique un pourcentage d’efficacité annuel qui est établi en mesurant la quantité de chaleur produite qui n’est pas perdue dans le conduit d’évacuation. Les appareils les plus performants se retrouvent généralement entre 50% et 70%. Par exemple, une efficacité P.4 de 75% indiquerait que ¼ de l’énergie produite est perdue à l’extérieur.

Concrètement, lorsque vous faites vos recherches préliminaires, nous vous conseillons de regarder trois données : les BTUs entrants (Input), sortants (Output) et la ÉnerGuide (P.4). Le input est la quantité de combustible, reportée en énergie, que l’appareil consomme en une heure de fonctionnement. Le output, lui, est la résultante d’énergie qui est conservée à l’intérieur. Avec ces deux variables, on obtient l’efficacité P.4. Il est important de comprendre que les gros appareils ne sont pas nécessairement ceux qui ont le plus d’entrants et que plus d’entrants ne veux pas dire plus de sortants. Dans les faits, un foyer avec un input de 20 000 Btu/h avec une efficacité de 70% produira le même output qu’un appareil de 40 000 Btu/h fonctionnant à 35% d’efficacité. La différence est que le premier aura consommé deux fois moins de combustible pour y arriver.

De plus, lorsque vient le moment de comparer deux appareils, il faut prendre en considération d’autres facteurs. En effet, le test ÉnerGuide n’est pas parfait. La lacune de cette mesure est qu’elle calcule seulement la chaleur perdue dans le conduit d’évacuation versus celle qui reste à l’intérieur. Or, de la chaleur qui reste dans la maison ne réchauffe pas nécessairement cette dernière. Voici deux cas que vous pouvez considérer lors de votre séance de magasinage.

Étiquette ÉnerGuide

Le pourcentage sur l’étiquette ÉnerGuide est déterminé en  mesurant l’énergie qui n’est pas perdue dans l’évacuation extérieure.

Fiche technique d'un appareil au gaz

Nous avons ici un exemple de fiche technique dans un manuel de Jotul GF370. On peut ainsi voir les entrants et calculer les sortants avec la côte d’efficacité.

Cas #1 – La chaleur derrière les murs

De plus en plus de foyers linéaires à plusieurs faces sont conçus sans un caisson à dégagement zéro. Donc, puisqu’ils sont moins bien isolés, la chaleur s’échappe du caisson et se retrouve en périphérie de l’appareil, soit entre ce dernier et les matériaux non combustibles. Étant donnée cette situation, ces foyers nécessitent alors une ouverture au plafond afin d’évacuer l’excédent d’énergie. 

Puisque le test ÉnerGuide (P.4) s’intéresse à ce qui sort de la cheminée, ce type de foyers est en mesure d’obtenir tout de même une excellente cote énergétique. Néanmoins, la vérité est que la chaleur reste prisonnière dans les murs et ne sert en rien le chauffage de votre pièce. De plus, la plupart de ces foyers sont conçus avec des doubles vitres afin de permettre une vision non obstruée par un écran de protection. Or, cette sécurité supplémentaire élimine la majorité de la chaleur radiante.

Cas #2 – Les systèmes d’échange de chaleur 

Plusieurs appareils possèdent maintenant, au sein même de leur caisson isolé, des échangeurs de chaleurs afin de maximiser le transfert d’énergie dans la pièce. En effet, si l’on utilise un ventilateur bien calibré, il est possible de transformer la chaleur radiante qui se produit en périphérie de l’appareil en chaleur de convection qui est renvoyée dans la pièce. Cette augmentation de performance est significative, mais n’est pas tenue en compte par le test P.4.

Comme vous le constatez, l’efficacité écoénergétique et la quantité de chaleur qui se rend dans la pièce sont deux choses qu’il faut traiter séparément. Les appareils les plus «efficaces» sont ceux qui permettent de faire les deux, par exemple les foyers Jotul. Évidemment, pour les néophytes, il n’est pas facile d’identifier les appareils qui réunissent les conditions gagnantes. C’est pour cette raison que nous recommandons toujours de consulter un détaillant spécialisé.

Si vous désirez connaître rapidement l’efficacité d’un appareil, vous avez trois options. Vous pouvez consulter le manuel d’utilisation de votre foyer, rechercher le collant d’homologation ÉnerGuide directement sur l’appareil ou vous pouvez consulter la base de données du Gouvernement du Canada.

Modèle graphique du fonctionnement du système RTC de Savannah

Définitions utiles

 

  • Un BTU (British Termal Unit) : représente la quantité de chaleur nécessaire pour faire monter d’un degré °F une livre d’eau à une pression d’une atmosphère.
  • Un caisson à dégagement zéro : désigne un foyer qui peut être installé directement à côté de matériaux combustibles. Le caisson est isolé pour qu’il n’y ait aucune fuite de chaleur autre que par les évacuations prévues (cheminée, évents, grilles, etc.).
  • La chaleur radiante : est l’énergie émise par un objet lorsque celui-ci a préalablement été chauffé. Les métaux et les minéraux sont reconnus pour émettre ce type de chaleur lorsqu’exposés à un élément chauffant comme le feu.
  • La chaleur de convection : est la chaleur ressentie par un contact avec de l’air chaud. Lorsque l’air ambiant est réchauffé, celui-ci transfère sa chaleur aux objets sur son chemin. Cette chaleur est sensible aux courants et à tendance à diminuer le taux d’humidité d’une pièce.